© 2018

Mentions légales

S.A.S. INTER/MED Publishing

Publication réservée aux professionnels de santé

N° Commission Paritaire des Publications et Agences de Presse : 0318 W 933

N° de déclaration CNIL :  2117303 v 0

40Bis Rue Saint-Louis 93250 Villemomble

RCS 823 025 457 Bobigny

Société par Actions Simplifiée au capital social de 10.000 €

Hébergeur : WIX -  BP 40190 - San Francisco - CA 94140 -  USA

EDI/TO

Tout ne se passe pas toujours comme prévu

 

 

En 2014, Jim O’Neill, secrétaire d’Etat britannique au commerce, publiait un rapport alarmant sur les conséquences humaines et économiques de l’antibiorésistance au niveau mondial. Lord Jim ne prévoyait pas moins de 10 millions de décès par an liés à l’antibiorésistance à l’horizon 2050. Le Pr Eric Senneville modère ces projections apocalyptiques. L’antibiorésistance ne sera peut-être pas la première cause de mortalité devant tous les cancers et maladies dégénératives en 2030.

 

Dans les pays où elle est encore endémique, la tuberculose reste une problématique importante de la pathologie VIH en raison du manque d’observance aux anti-tuberculeux. Cette co-infection agit comme facteur aggravant, surtout dans les régions à haute prévalence de tuberculose.Le Dr Olivier Zak Dit Zbar nous présente nouvelle option thérapeutique permettant enfin une bien meilleure observance.

 

Avec l’importance de de la nouvelle chirurgie ambulatoire et de la « Fast Track Surgery », il est logique de se poser la question de la thromboprophylaxie par aspirine. Le  Dr Nadia Rosencher revient sur les dernières recommandations européennes. Faut-il adhérer sans retenue au concept de thromboprophylaxie efficace à tous les patients ou continuer de raisonner selon le rapport bénéfice/risque ?

 

Avec la publication de l’étude DAPA-HF, c’est à la fois le monde de la diabétologie et celui de la cardiologie qui sont en émoi. Cardiologues et diabétologues se trouvent désormais face à un dilemme. Faut-il encore allonger la prescription des médicaments dans l’insuffisance cardiaque ou supprimer de l’ordonnance du diabétique les médicaments hypoglycémiants qui n’ont pas d’impact sur le pronostic vital ou le pronostic cardio-vasculaire ? Le Pr Jean Ferrières fait le point.

 

Les robots ne nous soigneront pas demain, ils nous soignent dès aujourd’hui. Les nouvelles techniques provenant de l’entrée du numérique dans le monde de la santé soulèvent espoirs et risques vertigineux. Dans son livre « La machine, le médecin et moi », David Gruson s’attache à sortir de cette binarité caricaturale et dresse le tableau réaliste d’un nouveau système de santé que personne n’avait vu venir.

 

Oui, vraiment, tout ne se passe pas toujours comme on le prévoyait.

La Rédaction

Novembre : mois sans tabac. Retrouvez ici les bienfaits de l'arrêt du tabac.

L'Hygiène bucco-dentaire concerne toute la famille et se construit dès le plus jeune âge. Démonstration.

A LA/UNE

Les auteurs présentent des données dans plus de 50 pays et proposent un article globalement rassurant sur l’évolution des résistances aux antibiotiques, qui ne serait pas si catastrophique selon les prédictions prévues pour 2030. Ils modèrent ainsi les conclusions apocalyptiques rapportées par le papier anglais de Jim O’Neill qui prévoyait de placer l’antibiorésistance comme la première cause de mortalité devant tous les cancers et maladies dégénératives.

L’antibiorésistance est un problème majeur...

La tuberculose reste une problématique importante de la pathologie VIH puisqu’elle représente toujours une des premières causes de décès dans les pays dans lesquels la tuberculose est encore endémique. L’une des principales difficultés dans sa prise en charge ou sa prévention étant l’observance aux anti-tuberculeux.

Cette étude de phase 3 de non-infériorité, randomisée, se propose de comparer 2 traitements préventifs de la tuberculose : Rifapentine + Isoniazide pendant 1 mois (groupe 1) vs Isoniazi...

Recommendations:

  • We recommend the use of aspirin as an option for venous thromboembolism (VTE) prevention after total hip arthroplasty, total knee arthroplasty and hip fracture surgery (Grade 1B).

  • We suggest the use of aspirin for VTE prevention after total hip arthroplasty, total knee arthroplasty and hip fracture surgery (high-risk procedures) in patients without high VTE risk (Grade 2C).

  • We suggest the use of aspirin for VTE prevention after low-risk orthopaedic procedures in patie...

Le diabète a fait l’objet d’innovations thérapeutiques remarquables ces dernières années. Les sulfamides hypoglycémiants et les biguanides, longtemps adulés, ne font plus partie des médicaments qui font rêver les diabétologues. L’apparition de nouvelles classes thérapeutiques dans le diabète a complètement changé les recommandations professionnelles et a suggéré de nouvelles avenues physiopathologiques dans cette affection. Les inhibiteurs du sodium-glucose cotransporter 2 ou inhibiteurs SGLT2 fon...

A lire votre livre, on découvre que finalement l’Intelligence Artificielle (AI) en Médecine n’est pas pour demain…mais qu’elle est déjà présente très concrètement aujourd’hui.

Oui, l’IA et la robotisation sont d’ores et déjà très largement opérationnelles au sein de notre système de santé. Je dirais même que cela ne date pas d’aujourd’hui puisque dès 1964, Joseph Weizenbaum, Psychothérapeute, avait créé un programme informatique ELIZA (ancêtre du Chatbot) qui reformulait des questions, du type « Po...

Si le traitement antiplaquettaire a démontré son intérêt sur le risque d'événements vasculaires majeurs chez les personnes atteintes d'une maladie vasculaire occlusive, il risque potentiellement augmenter le risque d'hémorragie cérébrale. Cette étude récente a cherché à estimer le risque relatif d'hémorragie intracérébrale récurrente chez les personnes sous traitement antiplaquettaire, et à vérifier que si celui-ci n’était pas supérieur aux bénéfices sur les événements vasculaires occlusifs.

RESTAR...

La pancréatite aiguë est une maladie particulièrement sévère dont la mortalité peut atteindre 6 %. Dans l’hypertriglycéridémie sévère, la prévalence de la pancréatite aiguë est très grande jusqu’à 67 %. Face à cette hypertriglycéridémie maligne, le médecin est aujourd’hui particulièrement démuni et de nombreuses tentatives thérapeutiques médicamenteuses ont échoué.

Loin dans nos études médicales, certains d’entre nous se remémorent la classique classification des dyslipidémies. La classification de...

Il s’agit d’un article de revue, dont l’objectif était de publier une mise au point et une revue de la littérature sur un stade du cancer de prostate particulier : le cancer de la prostate non métastatique mais résistant à la castration. Il s’agit d’une faible population de patients (5 à 7%) atteints de cancer de prostate localisé ou localement avancé et traités par hormonothérapie, présentant une ré-ascension du PSA avec testostéronémie effondrée, signant la résistance à la castration, mais dont...

« Homo homini lupus est » L’homme est un loup pour l’homme, écrivait Thomas Hobbes dans Le Léviathan. Cette pensée initialement politique est probablement applicable au monde médical. Nos meilleurs traitements sont parfois nos ennemis. La bradypnée causée par l’agoniste morphinique ou encore le coma associé au surdosage en benzodiazépine en sont des exemples courants.

Heureusement nous avons à notre disposition des antidotes spécifiques permettant une réversion rapide des effets secondaires : la na...

En France, presque un million d’injections intravitréennes (IVT) d’anti-VEGF sont réalisées chaque année. Les 3 indications principales sont :

  • la dégénérescence maculaire liée à l’âge

  • l’œdème maculaire diabétique

  • l’œdème maculaire des occlusions veineuses.

La tolérance générale, extra-oculaire, des IVT d’anti-VEGF est source de débats. Le but de cet article est de proposer une lecture rationnelle des données de la littérature à ce sujet.

En effet, il faut faire le parallèle entre la...

Il s’agit d’une étude de cohorte nationale danoise ayant concerné 1.185.157 enfants suivis pendant, en moyenne 9,3 ans entre le 1er Janvier 1996 et le 31 Décembre 2014.

Le but de cette étude était d’évaluer le risque de leucémie chez les enfants issus de grossesses pendant lesquelles une contraception hormonale a été (par mégarde) utilisée ou issus de grossesses survenant dans les 3 mois après arrêt d’une contraception hormonale.

Selon cette étude, l’utilisation maternelle d’une contraception hormon...

La place des acides gras oméga 3 en cardiologie est toujours débattue. Une étude récente, l’étude REDUCE-IT (1) vient de promouvoir le renouveau des oméga 3 en cardiologie générale.

L’étude était basée sur la prise de 4 g par jour d’acide eïcosapentaénoïque (icosapent ethyl) contre un placebo chez des patients de plus de 45 ans s’ils étaient porteurs d’une maladie cardio-vasculaire ou de plus de 50 ans s’ils étaient porteurs de diabète avec au moins un facteur de risque associé. Les patients devai...

L’arrêt cardiaque (ou plutôt circulatoire) hors hôpital se termine souvent mal. Dès lors, toute idée permettant d’espérer une amélioration doit être explorée, et lorsqu’une approche empirique prédomine, elle doit être testée.

En effet, des doutes ont émergé sur cette pratique très répandue qu’est l’injection d’adrénaline IV et les sociétés savantes ont demandé un essai randomisé contre placebo. Cet essai (PARAMEDIC2) a donc été mené au Royaume-Uni sur plus de 8.000 patients ayant fait l’objet d’un...

Une équipe européenne a évalué l’intérêt de la revascularisation coronaire percutanée (PCI) guidée par la mesure de la FFR (pour Fractional Flow Reserve, ou réserve coronaire) comparativement au traitement médical de première intention chez des coronariens stables.

La situation s’y prête, tant le traitement médical basé sur l’anti-agrégation plaquettaire, les statines à dose importante et les autres traitements (béta-bloquants, IEC…) est efficace. Ainsi, 888 patients porteurs d’au moins une sténos...

Docteur Thillay, pourriez-vous décrire brièvement la rhinite allergique ?

Sur le plan symptomatique, la rhinite allergique se manifeste par un prurit nasal (démangeaisons nasales), un écoulement nasal, des éternuements à répétition, une inflammation avec gonflement des muqueuses entraînant une obstruction nasale. Pour l’allergie aux pollens (appelé aussi rhume des foins) on utilise le terme de rhinoconjonctivite car les patients ressentent une gêne nasale mais également une conjonctivite, très prés...

Please reload

EN/BREF

Scrute la nature

c’est là qu’est ton futur

 

Inspiré depuis toujours par les recherches du Commandant Cousteau et persuadé que le biomimétisme est la clé des thérapeutiques du futur, Frank Zal a concentré ses recherches sur l’écophysiologie respiratoire des vers marins, lui permettant ainsi de découvrir le 1er transporteur d’oxygène universel.

La technologie Hemarina repose sur les particularités de l’hémoglobine des arénicoles, vers marins présents sur les plages. Sa structure est comparable à la nôtre mais elle est extracellulaire, c’est-à-dire qu’elle n’est pas contenue dans un globule rouge. Elle est capable de lier 40 fois plus de molécules d’oxygène tout en étant 250 fois plus petite que le globule rouge humain.

Les perspectives thérapeutiques sont alors immenses. Elles peuvent être envisagées partout où l’oxygène intervient et potentiellement à tous les niveaux du vivant (cellule, organe, organisme). Ainsi, toutes les pathologies ischémiques (présentant un déficit en oxygène) sont des voies de développement possibles. Le cœur, le rein et le cerveau sont les organes les plus sensibles au manque d’oxygène, et sont, de ce fait, les organes cibles de la technologie Hemarina.

Dans ce contexte, le dispositif médical HEMO2life® développé par Hemarina représente une innovation de rupture majeure dans le domaine de la préservation d’organe. Il permet, en additif aux solutions de préservation traditionnelles, d’oxygéner le greffon et ainsi de réduire considérablement les risques de rejet de la greffe et prolonger le temps de conservation des greffons.

Un autre objectif de la technologie Hemarina est de répondre aux besoins sanguins grandissants qui ne sont plus couverts par les banques de sang. Grâce à ses propriétés non allergènes et non immunogènes, le ver marin est un donneur de sang universel.

HTA : LES RECOMMANDATIONS US DE 2017 EN QUESTION

 

Les règles publiées aux USA en 2017 définissent l’HTA au dessus de 130/80 mmHg. Les données de la surveillance NHANES révèlent que le taux d’hypertendus aux USA (≥ 130/80 mmHg) serait de 45,4% (105,3 millions d’adultes), contre 32,0% (74.1 millions d’adultes) en s’en tenant aux normes de 2014 !

 

Mais appliquer ces recommandations très contraignantes provoquerait une recrudescence de complications iatrogènes, d’abandons définitifs du traitement, et cela sans bénéfice certain. Rappelons qu’elles sont issues de l’étude SPRINT dont la méthodologie a été critiquée par les hypertensiologues. Les mesures effectuées dans SPRINT correspondaient en fait à des automesures ! Et en automesure, le niveau 130/80 était déjà considéré normal. L’ambiguïté réside dans le 130/80 au cabinet médical, lequel correspond à peu près à 120, voire moins, en automesure. Donc sur le versant de la courbe en U où les ennuis commencent  à arriver : hypotensions traumatiques, hypoperfusions rénales !

C’est la raison pour laquelle l’ESH et la SFHTA se sont montrées nuancées. L'effet d’un traitement excessif de la PA va bien plus loin que la prescription d’une ou deux lignes supplémentaires sur une ordonnance souvent déjà longue ! Outre les complications iatrogènes, cela peut aboutir à un arrêt d’un traitement jugé dès lors insupportable. C’est aussi l’une des raisons qui ont poussé la communauté des hypertensiologues à préconiser des triples associations pour éviter la saturation chez des patients polymédiqués pour une pathologie dont ils perçoivent rarement la portée pathogène, mais mesurent pleinement les inconvénients thérapeutiques.

Joshua D. Bundy et coll. Estimating the Association of the 2017 and 2014 Hypertension Guidelines With Cardiovascular Events and Deaths in US Adults. An Analysis of National Data. JAMA Cardiol. 2018 ; 3 : 572-81

Interview

du Pr MAHON

CRISPR-Cas9, ce nouveau cigle cache une découverte révolutionnaire présentée en 2016  par la revue américains SCIENCES comme « la découverte scientifique de l’année », source de nouveaux espoirs et sujet de plus de 3 000 articles scientifiques depuis 2013. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

 

Ces protéines issues du système de défense de certaines bactéries, agissent comme de véritables « ciseaux moléculaires » dont le rôle initial était la lutte contre les virus (ou phages), reconnaissant les séquences virales lors d’une première infection puis découpant en fragments le matériel génétique viral pour l’intégrer à l’ADN du génome bactérien créant ainsi un locus CRISPR.  

Lors d’une nouvelle infection, le locus CRISPR est activé et produit des « ARN guides » à partir des fragments d'ADN de virus. Ces ARN vont guider Cas9, une enzyme qui coupera les séquences d'ADN correspondantes du virus conduisant à sa destruction.

Ce système naturel a été adapté pour modifier le génome d’autres organismes. Lorsqu’une cassure de l’ADN est générée, elle est immédiatement réparée par la « machinerie cellulaire », permettant de modifier, d’inactiver ou d'introduire des gènes (principe appelé édition du génome).

Les études récentes effectuées sur l'embryon humain et le lancement des premiers essais cliniques chez l'Homme concernent 20 études cliniques portant sur des maladies infectieuses, hémopathies et cancers devraient nous en apprendre bien plus.

 

Pour revenir à notre article, quelle serait leur application dans les leucémies Myeloïdes Chroniques (LMC) et en particulier sur les formes résistantes aux Inhibiteurs de la Tyrosine Kinase ?

 

Ce travail porte essentiellement sur la capacité de ce système CRISPR-Cas9 à restaurer la sensibilité des cellules devenues leucémiques aux inhibiteurs de la Tyrosine Kinase, classe thérapeutique particulièrement efficace contre la LMC…..

 

D’une manière plus générale, quelles pourraient être les applications futures de ce système CRISPR-Cas9 ?

 

Son application pourrait être large et s’appliquer directement à l’oncogénèse. Il pourrait permettre de :

  1. Repérer l’anomalie génétique « source » pour faire le diagnostic très précocement

  2. Réparer cette anomalie

  3. Restaurer la sensibilité d’une tumeur aux anti-cancéreux par « pression de sélection » favorisant l’émergence des cellules tumorales rendues à nouveau sensibles à ces derniers.

Le Professeur Xavier Mahon est  hématologue, Directeur Général de L’institut Bergonié – Centre de Lutte contre le cancer de Bordeaux et du Sud-Ouest et Directeur-Adjoint de l’Unité de Recherche INSERM U916 Hématopoïèse leucémique et cibles thérapeutiques.