Administration du surfactant par la technique LISA

Diverses stratégies d'administration moins invasive du surfactant, tel qu’à l’aide d’un cathéter fin ou d’un masque laryngé, l'instillation pharyngée ou en nébulisation, sont de plus en plus pratiquées pour éviter les effets néfastes de l'intubation et la ventilation endotrachéales.

De nombreuses études ont évalué l’usage de ces méthodes mais il existe des variations importantes quant aux protocoles de prémédication et le type de support respiratoire utilisé. L’objectif de cette revue de la littérature a été d’enquêter sur les avantages de l’approche d’administration moins invasive du surfactant à l’aide d’un cathéter fin (LISA) en comparaison à l’administration endotrachéale conventionnelle, tout en évaluant la méthodologie de cette approche, ses limites et l’évolution associée, à court et à long terme.


En comparaison à l’approche INSURE (Intubation-Surfactant- Extubation), une récente méta-analyse a montré que l’approche LISA est associée à des taux significativement plus faibles de mortalité, de ventilation mécanique (VM), de dysplasie broncho-pulmonaire (DBP), de leucomalacie périventriculaire et d'entérocolite nécrosante.


Au vu des données actuelles, parmi toutes les techniques d’administration de surfactant, la méthode LISA semble être la plus réalisable et la plus bénéfique pour améliorer les résultats cliniques néonatals. En outre, les études observationnelles ont montré que LISA est associée à un meilleur pronostic neurologique, à long terme.


Des recherches supplémentaires concernant les protocoles de prémédication restent nécessaires. Enfin, l'efficacité de ces approches lorsqu'elles sont utilisées avec une ventilation non invasive autre que la CPAP, telle que la NIPPV, les canules nasales à haut débit et l’oscillation à haute fréquence par voie nasale, doit faire l'objet de recherches supplémentaires.



Dr Abel Hassoun


Usha DeviDM, Aakash PanditaMD, DrNB Neonatology Pediatric Pulmonology 2021; AOP: 10.1002/ppul.25599