top of page

CES ALIMENTS QUI NOUS RENDENT ADDICT

Le centre d’études épidémiologiques en santé et Nutrition de l’école de santé publique de Sao Paulo (Brésil) s’est intéressé à l’alimentation et à la possibilité de potentiel addictif.


Les critères d’addiction aux substances notamment le tabagisme peuvent tout à fait s’appliquer à certains aliments : l’usage compulsif, l’état de manque, les changements d’humeur et les modifications cérébrales.


Les aliments « ultra transformés » riches en sucres, graisses, sel, hypercaloriques ont un potentiel addictif puissant et ne se retrouvent pas à l’état naturel. Ils subissent des transformations chimiques et sont enrichis d’additifs à tel point que les nutriments importants pour la satiété et le métabolisme sont détruits par « l’ultra-traitement. » Le métabolisme humain ne s’est pas adapté à ces changements et le système de récompense est hautement stimulé.

Les composants de ces aliments « ultra-transformés » sont essentiellement des protéines bon marché comme le soja et d’autres complexes végétaux. Les amidons et les sucres modifiés comme la maltodextrine, le sirop de maïs en haute teneur en fructose, les huiles altérées par l’hydrogénation créent des mélanges désagréables et dégoûtants, à tel point que l’ajout d’arômes, de colorants, d’exhausteurs de goût et de couleur est indispensable.


Tous ces additifs au pouvoir hédonique favorisent le surpoids ,déréglant l’homéostasie des apports alimentaires.

Les fibres, les protéines et l’eau sont généralement éliminés et les texturants ramollissent ces aliments qui vont être absorbées plus rapidement.


Les entreprises produisant ces aliments ultra-transformés disposent d’énormes budgets de marketing et de publicité, ce qui fait que la production a augmenté depuis les années 80, assurant plus de la moitié de l’énergie alimentaire consommée dans les pays développés comme les USA, le Canada et le Royaume-Uni.


Des politiques et des mesures réglementaires fortes et efficaces sont nécessaires pour rendre accessibles les produits naturels, sains, frais et peu transformés et à des prix abordables et permettant de réduire la morbidité, les troubles et le potentiel de dépendance d’une alimentation « ultra- transformée »


En effet, toute substance addictive en parallèle des drogues, qui devient bon marché, facilement accessible, fortement commercialisée et socialement acceptable vient majorer la prévalence des réponses addictives.


Dr Karima Koubaa


Carlos A. Monteiro , Geoffrey Cannon

Comentários


TITRE.png
bottom of page