Alcool : La Stigmatisation des Maux par les Mots

L'utilisation d'un langage péjoratif ou stigmatisant pour décrire les personnes souffrant de troubles liés à la consommation d'alcool et de drogues affecte négativement la recherche de traitement, la qualité des soins et les résultats thérapeutiques.



  • En 2015, l'International Society of Addiction Journal Editors a publié des recommandations terminologiques préconisant de ne pas utiliser une terminologie contribuant à la stigmatisation des personnes souffrant d'un trouble addictif.

  • La présente étude a examiné l'utilisation d'un langage stigmatisant dans les recherches financées par les National Institutes of Health (NIH) et les études publiées par la revue Alcoholism: Clinical and Experimental Research (ACER) de 2010 à 2020, afin d’accroître la sensibilisation de la communauté des chercheurs en alcoologie.

  • La recherche de langage stigmatisant dans l'ACER s'est limitée aux articles financés par les NIH rendus publics sur PubMed Central. Bien que l'ACER ne soit pas une revue en libre accès, les recherches et les revues originales directement financées par les NIH sont publiées sur PubMed Central pour un accès libre, comme l'exigent les conditions de financement des NIH. Les articles de l'ACER publiés sur PubMed Central ont été recherchés de 2010 à 2020 avec des requêtes spécifiques pour des termes d'intérêt individuels, y compris ceux considérés comme péjoratifs (« alcoolique », « toxicomane » et « agressif ») et/ou obsolètes (« dépendant de l'alcool », « abus d'alcool », et « alcoolisme »). Le nombre d'articles contenant un terme d'intérêt pour une année donnée a été divisé par le nombre total d'articles publiés cette année-là pour déterminer le pourcentage d'utilisation de chaque terme annuellement.

  • Au total, 1 903 recherches et revues publiées dans ACER sur PubMed Central ont été inclus dans l’analyse. Bien que l'utilisation d'une terminologie péjorative et obsolète ait diminué au fil du temps, le terme « alcoolique » a continué d'être utilisé au cours de la dernière décennie.

  • Plus précisément, en 2020, plus de 40% des articles recherchés dans PubMed Central incluaient toujours la terminologie « alcoolique ». Les résultats d'une recherche manuelle séparée (n = 110) sur la base de données online Wiley ont montré qu'environ 30% des articles utilisaient le terme « alcoolique » de manière stigmatisante.

En conclusion, le langage stigmatisant peut perpétuer des préjugés négatifs contre les personnes atteintes de troubles liés à l'usage d'alcool. Aussi, les chercheurs devraient être encouragés à s'éloigner de toute terminologie pouvant conduire à une attitude discriminatoire du trouble lié à l'usage d'alcool, la réduction de la stigmatisation ayant le potentiel d'augmenter les taux de recherche de prise en charge et d'améliorer les résultats thérapeutiques des personnes souffrant de troubles liés à l'usage d'alcool.



L'équipe éditoriale AddictoScope




Source : Alcoholism: Clinical and Experimental Research 2022; 46(6): 1103-9

Directeur de la publication

Jean-Paul Pénégry

Rédacteur en chef
Dr Maurice Lemercier

Directrice de la communication

Barbara Joly

TITRE.png