© 2018

Mentions légales

S.A.S. INTER/MED Publishing

Publication réservée aux professionnels de santé

N° Commission Paritaire des Publications et Agences de Presse : 0318 W 933

N° de déclaration CNIL :  2117303 v 0

40Bis Rue Saint-Louis 93250 Villemomble

RCS 823 025 457 Bobigny

Société par Actions Simplifiée au capital social de 10.000 €

Hébergeur : WIX -  BP 40190 - San Francisco - CA 94140 -  USA

Risque d'hémorragie intracérébrale

Si le traitement antiplaquettaire a démontré son intérêt sur le risque d'événements vasculaires majeurs chez les personnes atteintes d'une maladie vasculaire occlusive, il risque potentiellement augmenter le risque d'hémorragie cérébrale. Cette étude récente a cherché à estimer le risque relatif d'hémorragie intracérébrale récurrente chez les personnes sous traitement antiplaquettaire, et à vérifier que si celui-ci n’était pas supérieur aux bénéfices sur les événements vasculaires occlusifs.

RESTART (REstart or STop Antithrombotics Randomised Trial) est un essai prospectif, randomisé et ouvert, avec groupe parallèle, réalisé sur 122 hôpitaux du Royaume-Uni et ayant inclus des adultes (≥18 ans) sous traitement antithrombotique (antiplaquettaire ou anticoagulant) en prévention de la maladie vasculaire occlusive ayant présenté une hémorragie intracérébrale sans séquelles cliniques et ayant été résolu après l’arrêt du traitement antithrombotique.

 

L’objectif était d’estimer et d’évaluer le risque d’hémorragie intracérébrale symptomatique récurrente pendant une période allant jusqu'à 5 ans. Entre mai 2013 et mai 2018, 537 participants ont été inclus sur une période médiane de 76 jours après l'apparition de l'hémorragie intracérébrale : 268 reprenant le traitement antiplaquettaire et 269 ne le reprenant pas.  

Résultats : 12 patients (4 %) parmi les 268 ayant repris un traitement antiplaquettaire ont présenté une récidive de leur hémorragie intracérébrale comparativement au 23 (9%) des 268 ne l’ayant pas repris(p=0.060). Le nombre d’événements hémorragiques majeurs étaient similaires les 2 groupes : 7 % versus 9 %. De même, le nombre de d’événements occlusifs dans les deux groupes était similaire : 15 % versus 14 %.

 

Ces résultats excluent toute augmentation, même très modeste, du risque d'hémorragie intracérébrale récurrente avec un traitement antiplaquettaire chez les patients sous traitement antithrombotique en prévention de maladies vasculaires occlusives lorsqu’ils ont déjà développé une hémorragie intracérébrale. Cet article est important pour les spécialités concernées car il apporte une réponse à une question que de nombreux cardiologues et neurologues se posent en pratique : la reprise du traitement antithrombotique en prévention du risque occlusif cérébral chez les patients ayant fait un accident hémorragique.

 

Pour le Professeur Zuber, les points forts de cet article sont :

  • La méthodologie : 2 groupes randomisés, une approche plus fiable qu’une cohorte ou une enquête observationnelle

  • 72 % des patients inclus âgés de plus de 70 ans

Et ses limites / points faibles :

  • Pas d’analyse en sous-groupe entre anti-plaquettaire et anti-coagulant

 

 

 

RESTART Collaboration. Effects of antiplatelet therapy after stroke due to intracerebral haemorrhage (RESTART): a randomised, open-label trial. Lancet June 2019; vol 393: 2613-23.

 

 

Please reload