Risque de transmission mère-enfant du SRAS-CoV-2

Certaines études ont démontré la présence d'ARN viral dans des échantillons de lait maternel (LM) prélevés chez des mères infectées par le SRAS-CoV-2.

Il semble peu probable qu'il s'agisse d'un mode de transmission mère-enfant car, à ce jour, aucun virus capable de se répliquer n'a été détecté dans ces prélèvements.

D'autre part, les Ig spécifiques du SRAS-CoV-2 présentes dans le LM pourraient avoir un effet protecteur contre une infection symptomatique sévère. Cependant, une incertitude subsiste quant à la cohabitation des nouveau-nés avec leurs mères infectées.


Dans cette étude observationnelle indienne, les données de 152 nouveau-nés exposés au SRAS-CoV-2 ont été analysées. L’exposition a été périnatale chez 150 enfants et postnatale tardive chez les 2 autres.

  • Les dyades mère-enfants asymptomatiques ont été admises dans une même chambre et l'allaitement maternel a été favorisé.

  • Des prélèvements naso-pharyngés ont été réalisés chez les nouveau-nés pour un dépistage PCR du SARS-CoV-2.


Ceux exposés au SRAS-CoV-2 avaient des incidences élevées :

  • de prématurité (23%),

  • de faible PN (31%),

  • de souffrance fœtale aiguë (16%),

  • d'asphyxie périnatale (6%),

  • d'admission en USI néonatale (24%)

  • et de mortalité (1,3%).


Parmi eux, 20 ont été testés positifs au SARS-CoV-2 dans un ou plusieurs prélèvements. Une recommandation récente de l’OMS souligne que les nouveau-nés avec exposition périnatale au SRAS-CoV-2 et un test PCR positif, doivent subir un 2ème dépistage pour confirmer la transmission viral mère-enfant.

Selon cette approche, la transmission intra-partum a été confirmée chez un seul nouveau-né. Un suivi téléphonique des nouveau-nés sortis de l'hôpital à l'âge d'un mois ou un mois après l'exposition a permis de constater qu'ils étaient tous asymptomatiques et étaient bien portants.


Les auteurs concluent que les nouveau-nés ayant subi une exposition périnatale au SRAS-CoV-2 constituent un groupe à haut risque. En cas de PCR positive, un contrôle s’impose et serait le plus souvent négatif chez la majorité d'entre eux. L’évolution clinique est favorable chez les nouveau-nés allaités et admis dans la même chambre que leurs mères infectées asymptomatiques ou légèrement symptomatiques, tout en respectant les précautions sanitaires appropriées.


Dr Abel Hassoun


Priyanka Gupta , Vijay Pratap Khatana , Rashmie Prabha , Inderkant Jha , Mitasha Singh , Anil Kumar Pandey & Ashima Kesri European Journal of Pediatrics 2021; aop: 10.1007/s00431-021-04206-9

Mots-clés :