La procalcitonine (PCT) peine à se montrer utile

Cette jolie étude rétrospective multicentrique française cherchait à déterminer si la procalcitonine aux soins intensifs pouvait aider à déterminer devant une exacerbation sévère de BPCO si elle était de nature bactérienne ou pas.

Eh bien, la réponse est clairement non. Pourtant ils ont bien cherché. Chez les 375 exacerbations le dosage de PCT à l’inclusion, à 6h et à 24 h n’est pas discriminant pour distinguer les infections bactériennes documentées, les infections virales documentées ou les autres.

Quelle que soit l’heure les courbes ROC ne sont pas conclusives non plus. Même s’il y a une tendance…

On patine un peu…


Dr Olivier Brun



Daubin Cédric , Fournel François , Thiollière Fabrice , Daviaud Fabrice , Ramakers Michel , Polito Andréa , Flocard Bernard , Valette Xavier , Du Cheyron Damien , Terzi Nicolas , Fartoukh Muriel , Allouche Stephane , Parienti Jean-Jacques , from the PROCALCIVIR and BPCTrea study group Annals of Intensive Care 2021; 11(1): 39