Heurs et malheurs de l'antibiothérapie avant 2 ans

Avec tous les biais que comportent les études de bases de données, on attendait depuis longtemps un suivi long d'enfants, notamment dans la théorie "hygiéniste" que l'immunité humaine des pays riches bascule de TH1 vers TH2 et avec plus d'allergies.

Cette étude apporte un peu d'eau à ce moulin : sur plus de 14 000 enfants suivis, les 70% qui ont reçu des antibiotiques avant 2 ans (déjà ce nombre surprend!) avaient plus de risque d'avoir pendant leur enfance de l'asthme, de la rhinite allergique, de l'eczéma, une maladie coeliaque mais aussi une obésité et de l'hyperréactivité, avec des sur-risques allant de +1.3 à x2.89, et tous significatifs. Et plus l'enfant avait pris des antibiotiques, plus le risque était élevé.


Même s'il faut relativiser et imaginer tous les biais possibles (par exemple j'en propose un seul ici qui est le niveau socio-economique...quand on nait pauvre, on le reste assez souvent (et l'inverse est vrai aussi) et la pauvreté est liée à la présence de maladies), on peut quand même dire que ce résultat est assez marquant pour limiter les prises d'antibiotiques avant 2 ans ! Quelques autres biais sont cités à la fin de la discussion, mais les auteurs sont assez catégoriques :"défendons le microbiotome des petits enfants"




Aversa, Zaira; Atkinson, Elizabeth J.; Schafer, Marissa J.; Theiler, Regan N.; Rocca, Walter A.; Blaser, Martin J.; LeBrasseur, Nathan K. Mayo Clinic Proceedings 2020; aop:10.1016/j.mayocp.2020.07.019