Allaitement et diabète sucré gestationnel

L'objectif principal du présent essai contrôlé randomisé était de tester si l'allaitement pendant l'hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO) affecte ou non les résultats glycémiques et d'insuline.

Au total, 20 femmes ayant des antécédents de diabète sucré gestationnel ont été incluses dans l'analyse. Chaque femme a entrepris 2 HGPO dans les 3 premiers mois après l'accouchement, allaitant le nourrisson dans l'un des groupes et évitant l'allaitement dans l'autre groupe.

  • Le glucose et l'insuline ont été mesurés à 0, 30, 60 et 120 minutes.

  • L'analyse de covariance (ANCOVA) a été utilisée pour ajuster les valeurs de glucose et d'insuline à 0 minute.


Chez les HGPO allaitantes, des valeurs plus élevées ont été observées pour les concentrations globales de glucose et d'insuline, les pics de glucose et d'insuline et les points temporels individuels de glucose (à 0, 30 et 60 minutes) et d'insuline (à 0 et 60 minutes) mais sans différences à 120 minutes (glucose 6,7 ± 0,3 vs. 6,9 ± 0,3 mmol/L; p = 0,506).

  • Le taux de tests anormaux n'était pas différent.

  • L'ANCOVA a confirmé des valeurs de glucose post-provocation plus élevées dans le groupe HGPO avec l'allaitement et des valeurs de glucose similaires à 120 minutes.

En conclusion, selon les résultats de cet essai randomisé, l'allaitement pendant l'HGPO semble entraîner une concentration de glucose similaire sur 120 minutes et une catégorisation de l'état glycémique. Cependant, l'allaitement pendant l'HGPO a entraîné de nettes différences dans les valeurs de glucose et d'insuline au cours de la première heure, ce qui justifie la réalisation d'études complémentaires.



Dr Emmanuel Gross




Source: Diabetic Medicine 2022; 39(11): 14954




Directeur de la publication

Jean-Paul Pénégry

Rédacteur en chef
Dr Maurice Lemercier

Directrice de la communication

Barbara Joly

TITRE.png