Adénopathies axillaires après vaccination

L’auteur de cet article discute de la conduite à tenir devant la découverte d’adénopathie(s) axillaire(s) isolée(s), effet indésirable rapporté après vaccination contre la Covid-19.

Dans de rares cas, une patiente peut présenter une adénopathie axillaire métastatique sans qu’on ait pu repérer la source primitive du cancer. Dans ce cas, l’imagerie mammaire ainsi que l’examen clinique des seins ne permettent pas de repérer de tumeur primitive. Cette présentation de la maladie compte pour moins de 5% de tous les cancers du sein.


La SBI (Society of Breast Imaging) rapporte un taux d’adénopathie(s) axillaire(s) post-vaccinale(s) contre la Covid-19 de 11,6% après la 1ère dose et de 16% après la 2ème dose de Moderna.

Pour le vaccin de Pfizer, cet effet indésirable a concerné 58 patients de plus dans le groupe vacciné que dans le groupe placebo.


Aussi, la SBI recommande, devant la constatation d’adénopathie(s) axillaire(s), de demander aux patientes leur historique de vaccination détaillé et récent (le nom du vaccin, la date d’administration et le bras piqué) et de les informer qu’un gonflement temporaire des ganglions peut être le signe de la réponse immune attendue.


Devant la constatation d’adénopathie axillaire, si la femme a reçu un vaccin anti-Covid du même côté dans les 4 semaines précédentes, un contrôle doit être réalisé 4 à 12 semaines après la 2ème dose vaccinale. En cas de persistance de ganglions anormaux, un prélèvement ganglionnaire se justifie.

La SBI recommande aussi de faire remplir un formulaire aux patientes et de programmer la mammographie avant ou 4 à 6 semaines après la vaccination.


Toutefois, certains radiologues pensent que des ganglions augmentés de volume, sans autre anomalie mammographique ni clinique, sont très rarement liés à un cancer du sein et que la pratique de ce dépistage et la vaccination peuvent être faits dans un intervalle de temps court sans problème. Ils pensent que repousser la mammographie de 4 à 6 semaines n’est pas délétère mais expose à un risque de délai plus long voire d’oubli. En cas d’adénopathie suspecte, un contrôle d’imagerie pourra être fait ultérieurement.


Le suivi et le rapport du nombre d‘adénopathie(s) axillaire(s) post-vaccinale(s) par les radiologues spécialisés dans le dépistage du cancer de sein doit être poursuivi afin de mieux identifier cette problématique.



Dr Marie-Aliette Dommergues


Nolen, Lindsey Oncology Times 2021; 43(7): 16-7