La météo est une affaire de cœur


Dans la Grèce ancienne, Hippocrate avait déjà postulé que les maladies varient selon les saisons avec un excès de mortalité en hiver. De nombreuses études ont confirmé cette donnée. Il est généralement accepté que la mortalité augmente en hiver principalement en raison des épisodes grippaux. Plus récemment, il a été montré que la mortalité cardio-vasculaire évoluait également selon les saisons et que l’amplitude de l’effet des saisons augmentait des pôles vers l’équateur.(1)

Dans un travail récent réalisé en Chine, les auteurs ont analysé de 2007 à 2013 l’influence de la température sur la mortalité dans 15 villes. Cette étude chinoise confirme les données européennes de l’augmentation de la mortalité cardio-vasculaire en hiver. En Chine, selon la ville, la température peut expliquer de 1/10 à un quart des décès cardio-vasculaires.(2)

Variation saisonnière du risque cardio-vasculaire

Il y a plusieurs explications à l’origine de l’augmentation de la mortalité cardio-vasculaire selon la température. Des études récentes ont montré que les facteurs de risque cardio-vasculaire variaient selon la saison.(3) En particulier, les facteurs de risque sont plus sévères pendant l’hiver. Par ailleurs, les infections virales telles que la grippe peuvent déclencher des épisodes cardio-vasculaires. Les modifications des modes de vie durant les saisons froides, telles que la diminution des liens sociaux, la consommation d’un régime plus gras, la diminution de la consommation des fruits et légumes ainsi que la diminution de l’activité physique peuvent expliquer les variations saisonnières du risque cardio-vasculaire.

Les facteurs environnementaux jouent également un rôle majeur certain. Des polluants sont plus concentrés durant les périodes froides. Durant cette même période, la pollution à l’intérieur des maisons augmente en raison du tabagisme mais aussi et surtout des chauffages d’appoint qui sont à l’origine d’une pollution particulièrement sévère.

La conduite à tenir semble être relativement simple mais elle est apparemment contradictoire; la plupart des pays favorise la mise en place de l’air conditionné. Or, cette technologie est à l’origine d’une consommation accrue d’énergie. Dans le contexte actuel, il serait plus approprié de développer des mesures simples liées aux modes de vie, à l’alimentation et à l’exercice physique afin d’être en accord avec les principales recommandations de prévention cardio-vasculaire.

La météo est un facteur majeur de la mortalité cardio-vasculaire

1 - Abrignani MG et al., Influence of climatic variables on acute myocardial infarction hospital admissions. Int J Cardiol. 2009 Oct 2;137(2):123-9

2 - Yang J, et al., Cardiovascular mortality risk attributable to ambient temperature in China. Heart. 2015 Dec;101(24):1966-72.

3 - Marti-Soler H et al., Seasonality of cardiovascular risk factors: an analysis including over 230 000 participants in 15 countries. Heart. 2014 Oct;100(19):1517-23.

#Mortalitécardiovasculaire #coeur #prévention #météo

© 2020

Mentions légales

S.A.S. INTER/MED Publishing

Publication réservée aux professionnels de santé

N° Commission Paritaire des Publications et Agences de Presse : 0125 W 93328

N° de déclaration CNIL :  2117303 v 0

40Bis Rue Saint-Louis 93250 Villemomble

RCS 823 025 457 Bobigny

Société par Actions Simplifiée au capital social de 10.000 €

Hébergeur : WIX -  BP 40190 - San Francisco - CA 94140 -  USA