La corticothérapie et accès goutteux


Le traitement de référence de l'accès goutteux est la colchicine. Mais sa tolérance, en particulier digestive, est parfois médiocre. Les AINS et les stéroïdes ont aussi une efficacité dans cette maladie inflammatoire aiguë. La corticothérapie serait-elle aussi efficace que l'indométhacine dans l'accès goutteux mais mieux tolérée ?

Dans cette étude randomisée multicentrique1, 416 patients ont été choisis au hasard pour recevoir soit de l'indométhacine, soit de la prednisolone alors qu'il présentait une crise de goutte. La douleur a été appréciée essentiellement par échelle visuelle, comme la possibilité d'être actif.Aucun effet secondaire majeur n'est survenu pendant l'étude et les patients traités par indométhacine avaient plus d'effets secondaires mineurs que les patients recevant la corticothérapie (19 % contre 6 %, p < 0.001)

L 'efficacité des deux traitements était équivalente, en termes de limitation des phénomènes douloureux et de possibilité de reprendre une activité.

Le meilleur profil de tolérance des corticoïdes, en fait le médicament de première intention, dès lors que la colchicine s'avère difficile à manier ou mal tolérée. Les AINS sont efficaces mais ont un moins bon profil de tolérance que les stéroïdes.

1- TH Rainer et al. Oral Prednisolone in the Treatment of Acute Gout: A Pragmatic, Multicenter, Double-Blind, Randomized Trial. Ann Intern Med 2016; 164 (7) 464-71

#corticothérapie #indométhacine #tolérance #goutte #douleur